Conférence internationale de la Cour de Justice de la CEDEAO : Ladislau Clemente Fernando Embassa donne des pistes pour une nouvelle dynamique dans l’institution

LCR / CEDEAO

L’intégration économique de la CEDEAO était au cœur des échanges ce mardi 10 mai au Cap-Vert dans le cadre de la conférence internationale de la Cour de Justice de la CEDEAO.

Dans les échanges, le Professeur de Droit et Directeur de l’Institut d’Études du Delta du Niger à l’Université du Delta du Niger, au Nigeria, Solomon T. Ebobrah a invité la CEDEAO à faire mieux que l’application unique du « modèle intergouvernemental » du Droit comme socle de l’intégration dans la communauté. «Il faut aller au-delà de la seule approche intergouvernementale de l’utilisation du Droit si l’on veut faire davantage », a-t-il indiqué. Selon l’universitaire, les États membres peuvent tirer assez d’avantages de l’intégration régionale de la CEDEAO. « La survie de la CEDEAO en tant que schéma d’intégration au cours des quatre dernières décennies, malgré les divers défis auxquels sont confrontés la région de l’Afrique de l’Ouest et la CEDEAO en tant qu’organisation, est donc une nécessité », a-t-il déclaré.

Abordant l’intégration économique régionale de la CEDEAO, le Directeur Académique du Master en Intégration Régionale Africaine (MIRA) à l’Université du Cap-Vert, Odair Barros-Varela, a évoqué l’ECO, projet de monnaie unique de la communauté. Il a par ailleurs dénoncé le silence des autorités du Cap-Vert sur ce grand projet. « Cette posture ambivalente et, pour certains, opportuniste de cet État, qui n’a vu dans la CEDEAO qu’une organisation dont il peut bénéficier, ne constitue pas un bon principe de relations internationales et régionales », conclu-t-il.

Dans son intervention, Ladislau Clemente Fernando Embassa, juge à la Cour suprême de Guinée-Bissau et à la Cour de justice de l’UEMOA, fait remarquer que la CEDEAO a fait des progrès mais il est important de corriger certaines choses pour rendre l’institution pérenne. « Une bonne coopération avec les autres organisations du continent, une redéfinition prioritaire des missions essentielles de l’organisation, une modification de certains textes primaires et secondaires permettront une nouvelle dynamique dans l’organisation », a-t-il suggéré.

À son tour, Milton Nascimento de Sena Paiva, avocat et administrateur suggère en guise de propositions de « légiférer, transposer dans l’ordre interne des États membres, harmoniser les lois et les politiques, qualifier le capital humain, moderniser la législation du travail, améliorer le climat d’investissement, moderniser l’administration publique et les entreprises, dialoguer et négocier pour la paix, mettre en œuvre et gérer pour obtenir des résultats ».

De ce panel, retenons que l’intégration économique est l’une des clés pour l’atteinte des objectifs de la communauté.

Depuis Praia,

Comlan Hugues Sossoukpè

traduire »
AllEscort